Basque c’est bon

 

 

L’histoire du football espagnol est bien souvent associée à deux clubs légendaires : le FC Barcelone et le Real Madrid. Les poumons économiques, sportifs, et identitaires du football transpyrénéen. Cependant, comme les choses sont bien faites, il existe un troisième club qui tout comme eux est historique, tout comme eux est fortement ancré dans sa région, et tout comme eux n’a jamais connu la relégation : l’Athletic Bilbao.  

Le Rey, c’était lui

L’Athletic Bilbao s’est imposé dès le début du XXème siècle comme un club phare du football136 espagnol, remportant à de nombreuses reprises la Coupe d’Espagne (sept fois entre 1903 et 1916). Cette période est notamment marquée par le buteur de l’équipe, que tout le monde connaît, au moins de nom :
Rafael Moreno, alias Pichichi.

Les années 30 marquent la période la plus faste du club basque. Il remporte durant cette décennie
quatre championnats et quatre Coupes d’Espagne, réalisant le doublé en 1930 et 1931. Bilbao connaîtra ces mêmes doublés en 1943, 1954, et 1984, année de leurs derniers trophées majeurs si l’on excepte la Super Coupe de 2015.

La famille, c’est sacré

L’Athletic est connu pour avoir une politique sportive tout à fait particulière, ne recrutant et ne jouant qu’avec des joueurs basques. Bien que ce dogme fut peu à peu modifié, élargissant l’entrée à des joueurs dont les grands-parents sont basques, et à quelques étrangers formés dans la région, la philosophie initiale reste la même. Cette dernière définit l’identité même du club, que les supporters affichent et revendiquent avec fierté, et ce quels que puissent être les résultats sportifs de leur équipe.

Iñaki Williams, formation de futus champions

Iñaki Williams, formation de futus champions

Si cette politique sportive est exceptionnelle par le fait qu’elle est un cas quasi unique dans le monde du football en 2017, le fait qu’elle soit aussi efficace depuis toutes ces années l’est encore plus. Ainsi, Bilbao réussit à former de très nombreux joueurs de talent (condition sine qua non pour sa survie dans l’élite), tels que Zubizarreta, Llorente, Aduriz, ou Muniain et Iñaki Williams plus récemment.

Une méthode efficace

La longévité du club aux bandes rouges et blanches (en hommage aux couleurs de Southampton et Sunderland), déjà exceptionnelle, apparaît alors phénoménale. Car malgré quelques périodes plus compliquées, notamment en 2007 où l’équipe finit 17ème de Liga , jamais Bilbao n’a connu la relégation à l’étage inférieur.

Mieux que cela, si l’on fait la moyenne du classement de l’Athletic depuis 45 ans, il se trouverait à la 8ème place. Plus qu’honorable. Un vrai signe de la bonne santé et gestion du club, qui perdure au fil des générations.

Le Bilbao d’aujourd’hui

Les saisons récentes de l’Athletic Bilbao sont marquées par un style de jeu rapide et offensif, en partie importé par le passage de Marcelo Bielsa au club. Ce n’est donc sans doute pas une coïncidence si le club recommence à se stabiliser dans le premier tiers du classement, et s’il parvient à réaliser des épopées en Coupe d’Europe (atteignant la finale de la Ligue Europa en 2012). La progression récente est incontestable : sur ces huit dernières saisons, Bilbao a joué trois finales (une en Ligue Europa et deux en Coupe d’Espagne), et reste sur deux places dans le Top5 en trois saisons.

athletic-bilbao-fans

Dans un monde du football qui ne cesse de s’ouvrir à l’extérieur et où l’argent est plus que jamais roi, un grand club résiste encore et toujours. Sa potion magique ? L’amour de son histoire, son caractère, ses compétences en matière de formation, et ce côté terriblement sexy, qui fait que l’on ne peut rester insensible.

À 119 ans, l’Athletic Bilbao est toujours aussi fringant.

Fernando Trodgraisse

Fernando Trodgraisse

N°6. Le Pirlo qui se cache en moi se fait souvent bouffer par le Ninkov.
Fernando Trodgraisse

Les derniers articles par Fernando Trodgraisse (tout voir)

Vincent de la Forest

N°6. Le Pirlo qui se cache en moi se fait souvent bouffer par le Ninkov.

Related Posts

Discussion about this post

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *