Bundesliga : Les monuments du football allemand en danger

Mais que se passe-t-il de l’autre côté du Rhin ? Derrière le Bayern Munich, quasiment déjà champion, les premières classes sont trustées par des clubs de moindre importance mais d’un impressionnant niveau. Ainsi, les places européennes sont aujourd’hui occupées par Hoffenheim, Mayence et Mönchengladbach entre autres. Plus loin, dans le ventre mou voire en zone rouge, les habituelles équipes fortes du football allemand. Que se passe-t-il du côté de Brême, Dortmund où encore Hambourg ? Mother Soccer vous en dit plus.

Werder Brême, dernier de Bundesliga avec 4 points

Rien ne va plus du côté de la Ruhr… Il est bien loin le temps où la dream team entraînée par le grand Thomas Schaff, tenait tête au Bayern Munich et était présent dans les hautes sphères européennes.
Non, ce week-end, Brême s’est fait salement fesser par les hommes de Guardiola (6-0) et c’est bien loin d’être un cas isolé… Les verts se font salir quasiment chaque weekend et rien ne semble présager un retournement de situation. Bons derniers avec quatre petits points, l’équipe entraînée par Robin Dutt semble tout droit se diriger vers la deuxième division…
Il faut dire que passer après les 14 riches années de Schaaf n’est pas une mince affaire. D’autant plus que les joueurs de renom désertent le club. Fini les Mesut Özil et les Miroslav Klose, aujourd’hui les minces espoirs résident sur l’ancien bordelais Ludovic Obraniak ou sur le jeune frère de Toni Kroos, Felix. Bon…

Les secousses du coup-franc de Juninho se font encore sentir du côté de la Rurh

Les secousses du coup-franc de Juninho se font encore sentir du côté de la Rurh

Hambourg SV, 16e de Bundesliga avec 6 points

L’an passé, Hambourg avait bien failli se retrouver en seconde division. Le club entraîne alors par Mirko Slomka avait dû passer par un barrage décisif. Cette année, le club de la ville de Fatih Akin semble bien prendre le même chemin puisqu’avec six petits points et une piètre seizième place, ce sont les portes de la relégation qui s’ouvrent sous les pieds des potes de Rafael Van Der Vaart.
Slomka renvoyé début septembre, c’est Josef Zinnbauer qui prend le relais, sans plus grand succès. Les défaites s’enchaînent malgré un bon nul pris ce wekend contre Paderborn, l’ancien leader surprise.
Hambourg va devoir cravacher ferme pour se maintenir et compter sur un Van der Vaart des grands jours, même si le hollandais a de moins en moins le niveau. La situation du club est à tel point catastrophique qu’il est fort à parier que le club descende dans les années à venir, si ce n’est pas cette année…

D'où l'expression droit comme un piquet

D’où l’expression droit comme un piquet

VFB Stuttgart, 15e de Bundesliga avec 6 points

Il n’y a pas si longtemps, Stuttgart flambais en Ligue des Champions et était un candidat au titre de champion (titre remporté en 2007).
Aujourd’hui, le club ne pointe qu’à la quinzième place, juste devant Hambourg et avec le même nombre de points (6).
Il faut dire que, malgré un bon match nul contre le Bayer Leverkusen samedi dernier (3-3), l’effectif est de plus en plus famélique. Seul Vedad Ibisevic, l’ancien parisien, semble être au-dessus du lot. Très bon buteur, le bosnien peut-être le sauveur de l’équipe, un peu en perdition ces temps-ci.
VFB-Stuttgart-par-Mother-Soccer

Borussia Dortmund, 14e de Bundesliga avec 7 points

Que se passe-t-il à Dortmund ? L’équipe de Jürgen Klopp, habituée ces dernières années à jouer les premiers plans, est en grande difficulté. Placée à une inhabituelle 14e place avec sept petits points, les jaunes n’avancent plus et enchaînent les contre-performances.
Il faut dire que l’équipe doit sans cesse faire avec les départs de joueurs clé. Cette année, c’est le buteur polonais Robert Lewandowski qui est parti voir du côté de Munich si l’herbe est plus verte. L’année d’avant, c’est Mario Götze qui avait suivi le même chemin. Forcément, il est très dur de composer avec ces importants départs.
Cette année, l’arrivée de Ciro Immobile et le retour de Kagawa ne suffisent pas encore. La mayonnaise à bien du mal à prendre malgré un énorme potentiel individuel. Cependant, pas de doutes possibles, Klopp saura trouver les mots pour motiver tout ce joli monde.

Après avoir raté une Coupe du Monde...

Après avoir raté une Coupe du Monde…

Schalke 04, 9e de Bundesliga avec 11 points

La situation n’est pas si catastrophique pour le club de Gelsenkirschen. Actuellement 9e avec onze points, le club à l’indicatif du sud-est est pourtant bien en crise.
La semaine passée, Roberto Di Matteo a été nommé entraîneur en lieu et place de Jens Keller. En cause, les mauvais résultats en championnat et un sale début de saison. Et pourtant, l’effectif regorge de joueurs de talent. On pense en premier lieu à Klaas-Jan Huntelaar en premier lieu mais aussi à de très bons joueurs tels que Boateng et Can.
La dernière fois que Di Matteo a repris un club en cours de compétition, c’était à Chelsea en 2011. Cette saison-là, il a remporté la Ligue des Champions. Vous savez quelles conclusions en tirer !

C'est moi, Fantomas

C’est moi, Fantomas

Selon vous, quel monument allemand se retrouvera relégué en fin de saison ?

Walter Panzani

Responsable des publications chez Mother Soccer
Apôtre du beau-jeu et de la blessure gratuite, je pense que si le ballon peut passer, ce n’est pas forcément le cas du joueur. Valenciano depuis plus de quinze ans, j’ai souffert de voir Marius Stankevicius défenseur central de mon équipe. Passionné par le monde des ultras et par le football de l’ancien bloc de l’est, j’aurais bien envie de craquer un fumi dans un kolkhoze.
Walter Panzani

Apôtre du beau-jeu et de la blessure gratuite, je pense que si le ballon peut passer, ce n’est pas forcément le cas du joueur. Valenciano depuis plus de quinze ans, j’ai souffert de voir Marius Stankevicius défenseur central de mon équipe. Passionné par le monde des ultras et par le football de l’ancien bloc de l’est, j’aurais bien envie de craquer un fumi dans un kolkhoze.

Related Posts

Discussion about this post

  1. […] y évoluent, les Beatles y font leurs même leurs débuts. De cette ville, rivale du bourgeois Hambourg SV, nait une différenciation qui s’inscrit dans l’ADN du club : changement de nom de […]

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *