Construction à la Mosson

Si on ne devait retenir qu’une seule date dans l’histoire du MHSC, ce serait celle du 21 mai 2012. Ce jour-là, le club de Loulou devient pour la première fois champion de France. Un titre remporté devant le néo-qatari PSG, au terme d’une saison extraordinaire. Malheureusement, et c’est très souvent le cas, les lendemains d’exploit sont compliqués. Le MHSC n’a pas échappé à cela, et il est vrai que depuis, le club est retombé dans une sorte d’anonymat. À moins que les choses soient en train de changer…

Une période compliquée

Depuis le départ de René Girard du club, après une 9e place décevante dans la saison qui a suivi celle du titre, six entraîneurs se sont succédé en seulement quatre ans. Une preuve de l’instabilité du club, marquée par des choix de recrutement (joueurs et coachs) assez malheureux. Côté classement, rien de pourtant très alarmant, puisque le MHSC oscillait gentiment entre la 7e et la 15e place. S’il avait retrouvé une partie de tableau plus conforme à son budget et son statut, ce qui n’avait rien de honteux, le football pratiqué était lui bien plus inquiétant. Car depuis quelques années, Montpellier était synonyme de « purge » et d’ennui au stade, dans la plupart des bouches des observateurs du football. Pourtant, force est de constater que nous voyons un réel changement depuis la saison dernière, changement qui ne cesse de s’accentuer et de nous séduire.

Analysons cela avec Maxime, un fervent supporter du club héraultais.

De nouvelles bases

L’homme qui ne sourit jamais fait pourtant sourire ses supporters

La saison dernière est arrivé un nouveau coach : Michel Der Zakarian, en provenance du Stade de Reims où il avait finit 7e de Ligue 2. Beaucoup craignaient que la mollesse et la frilosité de l’équipe ne soient accentuées par un technicien pas franchement réputé pour être un fou de l’attaque et du spectacle. Et pourtant, très vite nous avons pu voir une équipe cohérente, dotée d’une solide base défensive, et exploitant les situations de contre grâce à l’apport de leurs deux très bons latéraux Roussillon et Aguilar. Maxime indique d’ailleurs que les joueurs avaient pour principale caractéristique d’être des athlètes capables de se projeter rapidement vers l’avant grâce à leur vitesse.  Pas étonnant alors de retrouver Sio et Mbenza comme meilleurs buteurs du club en Ligue 1 (10 buts). Les chiffres de la saison dernière décrivent parfaitement le style de l’équipe : peu de buts marqués (36) mais encore moins d’encaissés (33), une 10e place honorable et une 1/2 finale de Coupe de la Ligue. À défaut d’être spectaculaire, Der Zakarian a construit une équipe solide, intelligente, très étirée grâce aux deux latéraux offensifs, qui étaient d’ailleurs très souvent à l’origine des actions montpelliéraines.

De belles retouches

Un nouveau souffle sur Montpellier (et dans l’éthylotest)

Le mercato d’été a changé pas mal de choses. L’effectif de Montpellier a bougé, et le recrutement semble avoir été fait de manière très intelligente. Si le club a principalement perdu Roussillon, Mbenza et Ninga, il s’est renforcé en attaque (Delort et Laborde) et au milieu (Mollet et Le Tallec). Cette année le club a privilégié des profils techniques, indique Maxime. Et il est vrai que le jeu s’en fait ressentir. Si la base de 3 défenseurs et deux latéraux offensifs reste la même, le style de jeu a déjà évolué depuis la saison précédente. Avec Florent Mollet en meneur de jeu et avec le passage de Damien Le Tallec au poste de milieu défensif, il y a beaucoup plus de verticalité dans notre jeu et moins de déchet technique. L’équipe conserve plus facilement le ballon et arrive à pratiquer du beau footballLe milieu de terrain, composé de joueurs comme Le Tallec, Skhiri, Lasne, Piriz, Sambia, et mené par le très bon Florent Mollet, est donc capable grâce à ces joueurs techniques de garder le ballon, de faire tourner le jeu, et ainsi d’apporter une nouvelle source d’offensives via des attaques plus placées. L’état d’esprit d’abnégation propre aux équipes de Der Zakarian est lui toujours le même, mais semble même s’être accentué avec le duo Laborde-Delort, des joueurs qui ont faim et qui exercent un pressing constant sur les défenses adverses. Tout ceci amène naturellement le bloc équipe à se placer plus haut, à récupérer les ballons plus vite, et à se créer plus d’occasions. 

Mais tout ceci ne pourrait pas amener l’équipe à se classer 3e après 11 journées sans une très bonne base défensive. Le trio Hilton-Congré-Pedro Mendes est, grâce au travail de Der Zakarian, très complémentaire. Soutenu par le néo international Lecomte dans les buts, cela fait un quatuor bien difficile à mettre en danger. Notre fan montpelliérain estime d’ailleurs que le gardien est l’élément le plus important de l’équipe car il n’a pas eu de fausses notes depuis son arrivée. D’ailleurs, il a fait gagner énormément de points à Montpellier

Une défense qui ne prend pas l’eau

L’entraîneur franco-arménien est donc en train de réussir à créer une équipe non seulement solide à bouger, mais également combative, équilibrée, et agréable à regarder. Même s’il regrette une frilosité dans les changements, Maxime est formel : il y a une évolution positive dans le jeu. D’ailleurs, cette équipe en pleine progression ne semble pas encore avoir atteint son plafond de verre.  

Le plus dur reste donc à faire : continuer sur cette belle progression et construction entamée depuis la saison dernière, en peaufinant ce style propre à l’équipe. Même si le Montpellier 2018-2019 possède un bon groupe de qualité, il n’est composé « que » d’environ 14 joueurs. Le club n’a peut-être pas le banc nécessaire pour espérer accrocher une qualification en Coupe d’Europe la saison prochaine. Mais peu importe si le MHSC perd quelques places, l’important est ailleurs : cultiver cette nouvelle belle identité Pailladine, qui doit faire bien plaisir à Loulou.

 

Fernando Trodgraisse

Fernando Trodgraisse

Rédacteur chez Mother Soccer
Rajon Rondo du ballon rond.
Fernando Trodgraisse

Les derniers articles par Fernando Trodgraisse (tout voir)

Vincent de la Forest

Rajon Rondo du ballon rond.

Related Posts

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *