Euro 2016 : notre bilan de la première phase

Chaque sélection a fait son entrée dans cet Euro 2016, il est donc l’heure de dresser le petit bilan de MotherSoccer de ces cinq premiers jours. Aperçu binaire de ce qui nous a fait sauter de notre canap’, et de ce qui nous a fait pleurer.

Le tip-top caviar

L’outsider répond présent

La Croatie était, avant ce début d’Euro, l’outsider n°1 selon les journalistes, qui voyaient notamment son milieu comme étant l’un des meilleurs de la compétition. C’est donc naturellement que l’alléchant Turquie-Croatie était particulièrement attendu. Et une chose est sûre, la sélection au damier n’a pas

Modric et la Croatie ont été énormes

Modric et la Croatie ont été énormes

déçu. Maîtrisant de bout en bout le match, face à des turcs également attendus, les croates nous ont presque émerveillés. Rakitic, Brozovic, Perisic, Mandzukic, et bien évidemment Modric nous ont régalés de technique, de mouvements et d’inventivité. Avec à la clé un somptueux but du milieu madrilène. Malgré un manque de réalisme (ils auraient pu marquer 3 ou 4 buts de plus), c’est sans doute la prestation collective la plus aboutie de cette première phase.

Les portiers (h)au(t) niveau

Ce début d’Euro pas très prolifique en buts, avec des matchs très serrés, nous le devons aux gardiens. Beaucoup d’entres eux ont sauvé leur équipe, ou l’ont empêchée de sombrer. Parmi tant d’autres, Neuer a empêché les ukrainiens de concrétiser par un but leur très bonne première mi-temps. Malgré une boulette, Berisha a sauvé à de nombreuses reprises l’Albanie. Akinfeev a maintenu les russes dans le match face aux anglais, et leur a permis de prendre un point. Lloris a sauvé les bleus d’entrée de jeu, et a sans doute empêché le match de tourner au vinaigre.

Les gardiens semblent donc être à leur meilleur niveau, ce qui nous promet un Euro plein de suspens et de tension …

Les supporters britanniques 

Nous mettons bien évidemment de côté les hooligans anglais qui ont pris part aux violences à Marseille avec leurs homologues russes.

Les britanniques ne faillissent pas à leur réputation, et nous ré-ga-lent durant cet Euro ! Les gallois ont assuré une très belle ambiance à Bordeaux lors de Slovaquie-Pays de Galles, fêtant comme il se doit la première victoire dans le premier Euro de leur sélection, et participant même à la joie d’un jeune couple qui se mariait le même jour ! Les irlandais, eux, n’ont pas failli à leur réputation de meilleurs supporters de football et ont apporté la joie et la Guinness au Stade de France et dans les rues de Paris. Mais comment, comment ne pas parler des nord-irlandais, véritable tornade dans le monde du supportérisme ? Leur chant Will Grigg’s On Fire , en l’honneur du joueur de Wigan, est devenu un véritable tube viral, et le symbole de la joie de se retrouver, tous, autour d’un match de foot.

Espérons que ces nations aillent loin, que la fête totale continue !

« C’est de la meeerde »

Les hooligans 

Oui oui, l’eau ça mouille, voir Rennes jouer c’est chiant, et les hooligans sont des gros cons. Mais concernant ces derniers, on l’aurait presque oublié. Cet Euro 2016 ramène les fans de football, mais surtout les forces de l’ordre et les politiques à la triste réalité : il existe encore des hooligans dans le monde du football. Samedi 11 Juin, des demeurés anglais et russes se sont défoncés la tronche, ont saccagé une partie de la ville de Marseille, et ont détruit – un instant – la fête européenne. Nous nous sommes retrouvés pendant quelques heures des dizaines d’années en arrière, durant les périodes les plus sombres du football, à l’état de barbarie le plus total.

Suite à ces incidents, l’UEFA a décidé de sanctionner financièrement la Russie, qui se verra exclue du tournoi si de tels faits se réitèrent.

5879481_eznnuubm_1000x625

L’acharnement Griezmann – Pogba

Suite à la victoire – peu convaincante – de l’Équipe de France face à la Roumanie, les médias ont pris pour cible le duo Griezmann-Pogba, les qualifiant quelques fois de pires joueurs du match. Quand on analyse bien, on se rend compte que la première mi-temps de Pogba est loin d’être mauvaise, dans un rôle plus obscur, tout comme l’était celui d’Antoine Griezmann, dont le travail défensif a été important. Mais comme nous n’avons pas mis une volée à ces tocards de roumains, nos grands journalistes ont du trouver des responsables. Ainsi, les deux potentiels meilleurs joueurs de la sélection n’ont pas été directement impliqués dans les buts français, ils ont donc évidemment fait un mauvais match.

Faire des raccourcis, des unes racoleuses, et créer des polémiques, c’est une spécialité bien de chez nous !

Malgré de graves incidents dans la journée de samedi, ce début d’Euro est une totale réussite. Les supporters sont présents, des équipes surprises comme la Hongrie font leur apparition, et nous voyons de splendides buts. Nous prenons énormément de plaisir à suivre trois matchs par jour, et tant mieux, car cela recommence dès aujourd’hui !

Fernando Trodgraisse

Fernando Trodgraisse

Rédacteur chez Mother Soccer
Rajon Rondo du ballon rond.
Fernando Trodgraisse

Les derniers articles par Fernando Trodgraisse (tout voir)

Vincent de la Forest

Rajon Rondo du ballon rond.

Related Posts

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *