Côte d’Ivoire – Maroc : un match à l’allure hitchcockienne

  • civ-maroc-mother-soccer
Selon le critique de cinéma Jean Douchet, le suspense est « la principale définition de l’œuvre hitchcockienne ». Si le cinéaste Alfred Hitchcock était toujours en vie, il aurait sûrement pu faire une adaptation du match Côte d’Ivoire – Maroc, qui aura lieu samedi à Abidjan. En effet, les deux équipes s’affrontent dans une rencontre folle, pour un ticket en Russie.

Le Renard de l’Atlas

Le personnage principal du film aurait pu être le « sorcier blanc » qui est sur le point de créer la surprise en emmenant le Maroc à la Coupe du Monde, dix-neuf ans après sa dernière participation.

Après deux matchs nuls, les marocains ont lancé leur campagne de qualification grâce, notamment, à des matchs prolifiques contre le Mali (6 à 0) et le Gabon (3 à 0).

Plus que le score de ces rencontres, c’est la manière qui a convaincu. Hervé Renard semble avoir trouvé la recette avec un 4-2-3-1 équilibré. Composé de joueurs évoluant en grande partie dans les championnats européens, le Maroc pratique un beau football : un jeu bien construit et alléchant.

« La pierre la plus solide est la plus basse de l’édifice », disait Khalil Gibran, poète libanais. L’entraîneur Savoyard l’a bien compris. Le Maroc possède la meilleure défense de la zone Afrique (aucun but encaissé en cinq matchs joués). Une osmose s’est créée avec la ligne de quatre qui mélange parfaitement jeunesse et expérience. Les « 4 fantastiques » : Hakimi, Benatia, Saïss et Dirar concèdent très peu d’occasions tout en assurant la relance.

Quant au milieu de terrain, celui-ci est magnifiquement orchestré par Zyiech (2 buts et 3 passes décisives). La brouille avec son coach entérinée, c’est lui qui détient désormais les clés du jeu. Le milieu de terrain de l’Ajax Amsterdam, qui réussit un début de saison tonitruant (3 buts 5 passes décisives en 11 matchs), est entouré par Boussoufa et Belhanda. Un entrejeu créateur donc, qui tient le ballon et l’exploite à merveille.

Hervé Renard et Hakim Zyiech ont enterré la hâche de guerre.

Boutaïb occupe le front de l’attaque. Auteur d’un triplé face aux écureuils du Gabon, l’attaquant du club turc Yeni Malatyaspor aura la lourde responsabilité de marquer afin d’assurer au moins un match nul à son équipe.

Les Lions de l’Atlas pourront compter sur leur supporter : 8 000 marocains sont attendus à Abidjan. La fédération marocaine facilitant leur déplacement en nombre (billets gratuits, vol à des prix avantageux etc…). Tout un pays sera derrière son équipe, dans l’espoir de la voir décrocher un ticket pour la Russie.

Un éléphant malade…

Longtemps le football a été le remède d’une situation politique compliquée en Côte d’Ivoire. Une façon d’oublier, le temps d’un match ou d’une compétition, les problèmes qui fracturent le pays. Mais un constat se doit d’être fait : le football ivoirien va mal.

La génération dorée portée par Didier Drogba, les frères Touré ou Zokora s’en est allée. Depuis sa victoire à la CAN en 2015, l’équipe ivoirienne a du mal à confirmer. Comme un symbole, c’est avec Hervé Renard que le pays à remporté le second trophée de son histoire, après 23 ans d’attente. Il est le dernier coach à avoir réussi à sublimer les orange et vert.

Aujourd’hui, l’équipe manque de cohérence et il apparaît difficile d’y voir clair sur un quelconque projet de jeu. Une tactique floue, avec, en plus de cela, un vestiaire miné par des conflits entre joueurs locaux et joueurs nés à l’étranger. L’équipe, qui a participé à toutes les Coupe du Monde depuis 2006, pourrait se voir éliminer dès samedi.

Le ciel n’est pas tout bleu donc. Depuis son arrivée, après la désillusion ivoirienne à la dernière CAN, Marc Wilmots a du mal à instaurer une dynamique. Après des débuts fracassants (victoire 3 à 0 contre le Gabon), la Côte d’Ivoire a perdu quelques jours plus tard, à la surprise générale, contre la même équipe (2 buts à 1). Avant de faire match nul à Bamako, contre un Mali pourtant déjà éliminé.

De plus, le sélectionneur devra composer sans Eric Bailly, le joueur de Manchester United, suspendu. Autres absences de marques : celles de Jean-Michael Séri et Wilfried Bony, tous deux blessés et donc forfaits. Marc Wilmots va devoir trouver les solutions d’ici samedi, s’il ne veut pas devenir le personnage tragique du film.

Marc Wilmots, plus que jamais menacé.

Un éléphant ne meurt jamais…

Mais attention, la Côte d’Ivoire est loin d’avoir dit son dernier mot. Malgré une campagne de qualification (très) compliquée, le pays qui a vu naître Didier Drogba respire encore. À seulement un point du Maroc, ils peuvent encore espérer fouler les Terres de Vladimir Poutine.

La classement du groupe C de la zone Afrique.

La recette est simple comme une occasion ratée par Nolan Roux : les éléphants doivent remporter le match pour obtenir leur billet pour la Russie. Ils auront l’avantage de recevoir, chez eux, à Abidjan, devant près de 35 000 spectateurs.

Pour pouvoir se qualifier, elle devra jouer un tour au « sorcier blanc » et il n’est pas question de magie ici. Pour autant, il se pourrait que ce match le soit. Parce que le football africain ne se résume pas qu’à des matchs ennuyants sur des pelouses (ou du moins ce qu’il en reste) immondes et des stades clairsemés. On vous recommande de regarder ce match, samedi 11 novembre à 18h30, pour avoir le fin mot de l’histoire.

Léonardo Jardine
Suivez le

Léonardo Jardine

Rédacteur sur MotherSoccer chez Mother Soccer
Fidèle supporter de l'ASM, je conçois le journalisme comme un centre de Jérôme Rothen : millimétré.
Inconditionnel de PES, j'ai toujours préféré les Castolo et consorts aux superstars du ballon rond. C'est dire mon amour pour le football, le vrai.
Léonardo Jardine
Suivez le

Les derniers articles par Léonardo Jardine (tout voir)

Léonardo Jardine

Fidèle supporter de l'ASM, je conçois le journalisme comme un centre de Jérôme Rothen : millimétré. Inconditionnel de PES, j'ai toujours préféré les Castolo et consorts aux superstars du ballon rond. C'est dire mon amour pour le football, le vrai.

Related Posts

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *