L’hymne de la Champions League pour les nuls.

Il rythme vos mardi et mercredi depuis que vous êtes enfants. Vous le fredonnez en allant voir votre équipe préférée de L1 le weekend et tout ça dans l’espoir de l’entendre résonner un jour dans votre stade. Il vous a déjà vibrer quand vous êtes supporter de Monaco, de Nantes, de Paris, de Auxerre ou même de Toulouse. Il vous fout des frissons et même s’il est kitsch vous ne pouvez pas vous en passer….

Il ? C’est l’hymne de la Ligue des Champions. Vous en connaissez la musique mais au karaoké vous feriez 0 point parce que vous ne comprenez qu’un mot « Champions ». Vous ne savez pas d’où il sort, ni qui l’a inventé… Alors parce que la saison a vraiment repris, et parce que demain c’est jour de match, on revient pour vous sur cet hymne et on vous en parle un peu.

Histoire que demain entre tes deux pintes dans ton bar miteux, tu puisses épater ton voisin ou choper ta voisine.

La Musique

L’hymne de la C1, vous le connaissez tous depuis 21 ans. En effet, en 1992, soucieuse de rendre sa compétition phare encore plus magistrale, l’UEFA change complètement sa marque et rebrande tout en Ligue des Champions. La Coupe d’Europe des Clubs Champions a vécu. Place à sa remplaçante. Et pour fêter ça et créer une cohérence, l’UEFA commande un hymne. Un hymne qui reflète les valeurs d’effort, d’excellence, de partage, de la plus belle des compétitions de football dans le Monde. En 1992, le hooliganisme connaît un pic, et l’UEFA cherche également à créer un hymne qui soit fédérateur et porteur de fair-play. Une belle mission…

Composé par Tony Britten, un auteur-compositeur anglais diplômé du Royal College of Music, l’hymne est en réalité une adaptation de Zadok the Priest. Contacté par l’UEFA dès 1991, Tony est à l’époque un spécialiste de la musique des génériques d’émissions télés ou de publicités. Autant dire que lorsqu’on lui propose de composer une musique sur laquelle il touchera des royalties à chaque diffusion, il hésite encore moins que Gignac devant un Big Mac.

tony

Cette oeuvre de Haendel avait été écrite au début du 18ème siècle pour célébrer des couronnements en Grande Bretagne. Autant dire qu’on est dans le vrai et qu’on touche cette notion d’excellence.

Tony a donc repris ce son et en a fait un petit remix pour le rendre un petit peu plus vivant et dynamique. Histoire de foutre la gaule à tous les supporters d’Europe et même aux joueurs. Eh oui, lors du feuilleton de l’été, Gareth Bale avait évoqué l’hymne comme une des raisons le poussant à aller à Madrid disputer la C1.

 » The music is a massive thing. When we first got into the Champions League, it’s one of the things that most of the lads were looking forward to, hearing it in the stadium. It’s little things like that which make it special. »

Tu as compris ou on traduit ?

Donc on résume, un son historique et royal, un remix encore plus vibrant, un compositeur qui fait ça pour payer ses factures. On a les ingrédients d’un tube.

Les paroles

Un son solennel, une marche, des frissons… La musique nous donne le ton, place au travail du parolier.

Et là c’est le drame. Alors qu’en 1992, des chanteurs à texte de génie étaient au top à l’image de Jordy ou de François Feldman, l’UEFA a décidé à sa façon de jouer la carte européenne et de ne fâcher personne.

Au programme, des paroles insipides et minimalistes qui ont pour seule originalité d’être écrites en 3 langues : l’anglais, le français et l’allemand. Ces 3 langues sont celles des équipes ayant gagné le plus de trophées…

Oh wait, en fait c’est juste les langues officielles de l’UEFA. Visiblement, l’auteur était également un écologiste convaincu et ne voulait pas gâcher u papier, il s’est donc contenté de 3, 4 phrases bien senties et répétées en boucle.

 » Ce sont les meilleures équipes
Es sind die allerbesten Mannschaften
The main event

Die Meister
Die Besten
Les grandes équipes
The champions

Une grande réunion
Eine grosse sportliche Veranstaltung
The main event

Die Meister
Die Besten
Les grandes équipes
The champions

Ils sont les meilleurs
Sie sind die Besten
These are the champions

Die Meister
Die Besten
Les grandes équipes
The champions »

Tu m’apprends tout ça pour demain, interro !

L’interprétation

Une fois la musique et les paroles adoptées, il restait à enregistrer tout ça. Après avoir consulté Pascal Obispo, l’UEFA a décidé de faire dans du plus classique et plus sérieux. Cela n’a pas frustré notre auteur / compositeur girondin qui se rattrapera quelques années plus tard avec Love United.

Pour interpréter la musique, l’UEFA fait appel au Royal Philarmonic de Londres. Rien que ça. Et pour interpréter les paroles, si riches et complètes, c’est l’Academy of St Martin in the Fields qui décroche la timbale.

En résumé, cet hymne qui, en terme de popularité, pourrait concurrencer l’hymne officiel de l’Union Européenne (l’Hymne à la Joie pour les incultes), est purement british. Normal me direz-vous vu que ce sont les rosbeefs qui ont inventé le foot. Impossible à télécharger légalement, seuls quelques chanceux peuvent l’entendre en « live » dans leur stade chaque année.

Pour les autres, on vous laisse avec ces parodies plus ou moins bonnes…

Allez, demain vous chantez ?

Jean-Pierre Pépin

Jean-Pierre Pépin

Fondateur & Rédacteur en chef chez Mother Soccer
Porte des lunettes mais a l’oeil aiguisé quand il s’agit de trouver des pépites sur Football Manager. Un mélange entre George Best et Iniesta — milieu offensif à tendance caviar. Supporte l’AJ Auxerre et le FC Barcelone. Guy Roux sur FIFA.
Jean-Pierre Pépin

Les derniers articles par Jean-Pierre Pépin (tout voir)

Basile Viault

Porte des lunettes mais a l’oeil aiguisé quand il s’agit de trouver des pépites sur Football Manager. Un mélange entre George Best et Iniesta — milieu offensif à tendance caviar. Supporte l’AJ Auxerre et le FC Barcelone. Guy Roux sur FIFA.

Related Posts

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *